Le CN anéantit la fosse «du Cordonnier» sur la rivière Matapédia

Le CN anéantit la fosse «du Cordonnier» sur la rivière Matapédia

Québec, Le 9 juin 2015. En avril dernier, en pleine saison d’éclosion des alevins de saumon atlantique, le ministère des Pêches et des Océans Canada a autorisé le CN à remblayer la fosse «du Cordonnier», sur la rivière Matapédia, avec plus de 6 000 tonnes de pierre non lavée. Cette fosse, reconnue par plusieurs saumoniers du Québec et de l’étranger, est par surcroit située juste en amont d’un secteur de reproduction du saumon. Ainsi, ces travaux ont fort probablement ruiné pour plusieurs années le potentiel de production de cette frayère qui rassemblait, à l’automne 2014, plus de 75 saumons. En ce qui a trait à la pêche sportive, la fosse «du Cordonnier» était utilisée pour environ 720 jours-pêche par année. Il est reconnu qu’une journée de pêche au saumon génère en moyenne 730 $, ce qui représente des retombées économiques de plus de 500 000 $ annuellement pour la société québécoise, et particulièrement pour cette région du Bas-St-Laurent.

Par ces travaux, le CN souhaitait soutenir le remblai de la voie ferrée, mais la situation d’urgence invoquée par celui-ci était connue depuis plusieurs années. Cet affront à l’une des plus belles rivières à saumon reconnues internationalement a été réalisé sans la participation et les autorisations nécessaires du ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC), de la municipalité de Ste-Florence et encore moins, de la Corporation de gestion des rivières Matapédia et Patapédia (CGRMP).

« Des travaux d’une telle nature, dans un des joyaux de notre patrimoine, effectués sans la participation et l’accord des communautés locales, sans le respect de nos lois et de nos règlements au Québec, sont totalement déplorables, injustifiés et insensés en 2015 », soutient le président de la Fédération québécoise pour le saumon atlantique (FQSA), M. Jean Boudreault. « Des compensations, une étude scientifique exhaustive sur l’ensemble du tronçon de la voie ferrée longeant la rivière Matapédia ainsi qu’une consultation publique chapeautée par le Bureau d’audience publique en environnement (BAPE) devront être menées avant tout autres travaux par le CN », renchérit-il.

Qu’est-ce qui justifie la destruction de l’habitat du roi de nos rivières, symbole d’un environnement sain et pur ? Est-ce que ces travaux sont un prélude des façons de faire du CN, avec l’assentiment du gouvernement fédéral, dans le but de faciliter l’augmentation du transport de pétrole par voie ferrée ? Rappelons que le gouvernement du Nouveau-Brunswick a autorisé la compagnie albertaine Chaleur Terminals inc. à faire transiter plus de 1.2 million de barils de pétrole par semaine sur ce tronçon ferroviaire en direction du port de Belledune. Quels sont les risques que courent nos plus belles rivières à saumon ?
Il est évident que des compensations relatives à la destruction de l’habitat du saumon et à la perte de l’activité de pêche doivent être imposées au CN. De plus, en tant que représentante officielle des saumoniers et des gestionnaires de rivière à saumon du Québec, dont la CGRMP, la FQSA défendra ces organismes ainsi que notre saumon atlantique contre toute forme de travaux qui modifient son habitat et qui n’auront pas préalablement fait l’objet de consultation et d’autorisation du gouvernement du Québec et des communautés locales.

Josée Arsenault
Responsable des communications
T 418 847-9191, poste 4
C 819 699-0172
E communication@fqsa.ca

  1. Germain brassard June 13, 2015, 2:15 am

    Comment voulez vous qu’ils puissent respecter quelque chose étant donné que la ville de Québec ont essayé d’avoir une couche de peinture pour un pont à Québec qui est rouillé, ils s’en fout car ils sont appuyés pas des fiducies et des sociétés privées qui gèrent le québec

    Répondre
  2. Durant la colonisation de l’époque, qui n’est pas lointaine,toute les colonisateurs de la provinces ,qui sont nos patriotes et nos ancêtres ont achetés des territoires et ont reçus des lettres patentes par le biais des sociétés de colonisations et ces lettres sont des titres à perpétuité protégés par le dernier acte royal de 1865 juste avant la constitution de 1867 pour protéger les colons à perpétuité et dont ces droits ont été court-circuité dans le rapatriement de la constitution de 1982 en s’abottant les droits familiaux et les droits des héritiers pour donner le pouvoir aux sociétés privés car elles sont propriétaires de baux emphytéotiques.que vous pourrez trouver sur internet dans le titre du code civil des éditions Thémis qui dicte toutes les pensées des 200 juristes du fédéral, la sommité intellectuelle qui ont trafiqués les droits familiaux et à la page 309à 312,vous verrez Les appréhensions du ministre de l’époque m.Rémillard qui évoque ses peurs par rapport à la pression qu’ils ont subis par des groupes politiquement et puissamment très bien organisés afin de ne pas reconnaître nos titres pour laisser les sociétés et le gouvernement gérer à notre place étant donné qu’ils ont enlevés les droits familiaux dans un code civil privé.

    Répondre
  3. Monique Allard June 15, 2015, 2:45 pm

    Je suis de tout coeur avec vous. C’est déplorable que le gouvernement ne comprenne pas le potentiel de cette belle Rivière Aux Saumons…continuez votre bon travail et qui sait, ils se réveilleront peut-être quand tout le mal sera fait et se seront eux les coupable de cette démarche infructueuse.

    Félicitation et continuer votre bon et beau travail…

    Ancienne Gaspésienne.

    Répondre
  4. TABARNAK QUE LE GOUVERNEMENT SONT EPAIS! … pauvre saumon :*(

    Répondre

Laissez une réponse à Germain brassard Annuler la réponse

Votre adresse courriel ne sera pas publié.