Deprecated: Methods with the same name as their class will not be constructors in a future version of PHP; SlideshowPluginWidget has a deprecated constructor in /home/mightypecheqc/domains/pecheqc.ca/public_html/wp-content/plugins/slideshow-jquery-image-gallery/classes/SlideshowPluginWidget.php on line 8
Restrictions sévères de l'utilisation des poissons appâts: une décision qui aura de lourdes conséquences sur la pêche sportive - Peche QC

Restrictions sévères de l’utilisation des poissons appâts: une décision qui aura de lourdes conséquences sur la pêche sportive

Restrictions sévères de l’utilisation des poissons appâts: une décision qui aura de lourdes conséquences sur la pêche sportive

Québec, le 28 février 2017 -Il sera dorénavant interdit d’utiliser des poissons appâts morts l’été et vivants l’hiver à la pêche sportive. Cette décision a été annoncée ce matin par le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) en conférence de presse. Pour la Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs (FédéCP), qui suit le dossier de près depuis ses débuts et qui a récemment multiplié les actions pour tenter d’éviter que cette mesure injustifiée ne soit mise en place, cela démontre que le ministère s’éloigne de plus en plus de ses clientèles. D’ailleurs, un récent sondage effectué par le MFFP a démontré que seulement 26 % des 2760 pêcheurs consultés se positionnaient « indifférents » ou « pour » l’abolition des poissons appâts.

Suivant la décision d’interdire les poissons appâts vivants en été, survenue en 2013 et qui avait alors obtenu l’appui de la FédéCP, cette nouvelle réglementation a comme objectif de prémunir le Québec contre une théorique dispersion de maladies et d’espèces aquatiques envahissantes (EAE) dans les cours d’eau du Québec. Jusqu’à maintenant, les arguments avancés par le MFFP pour expliquer cette éventualité ne sont pas suffisamment convaincants en regard de l’éventail de vecteurs de propagation autres que la pêche sportive et des pertes économiques qu’elle engendrerait. En outre, aucune information scientifique sur le calcul de risque ne supporte formellement que de nouvelles restrictions réglementaires ne prémuniraient davantage les écosystèmes contre la propagation des maladies et des EAE; on se sert de la détection de la présence de la carpe de roseau dans le fleuve Saint-Laurent pour justifier ce que le ministère cherchait à mettre en place depuis des années.

Est-ce que l’interdiction d’utiliser des poissons appâts contribuera vraiment à éviter la dispersion des EAE ? Le fleuve St-Laurent et ses tributaires constituent un vaste système ouvert où les espèces, y compris les pathogènes, peuvent circuler librement ; les maladies susceptibles d’affecter les poissons du Québec pourraient vraisemblablement se propager naturellement des Grands Lacs vers le fleuve Saint-Laurent ou d’autres cours d’eau du Québec par l’intermédiaire de poissons en migration affectés.  Quant aux EAE, d’autres vecteurs que la pêche sportive tels que les oiseaux, la navigation de plaisance, le transport maritime et de nombreux sports nautiques peuvent aussi les propager.

Mélanger les dossiers, semer la confusion

Bien que la Fédération soit satisfaite des mesures préventives annoncées par le ministère en ce qui a trait à la lutte contre la carpe asiatique, une véritable menace pour nos cours d’eau, la Fédération déplore le fait que le ministre ait choisi de joindre en conférence de presse ce dossier inquiétant avec celui des poissons appâts. Cela ne fait qu’alimenter une crainte non fondée auprès du public qui, par manque d’information, pourrait associer directement l’utilisation des poissons appâts à l’arrivée d’espèces envahissantes comme la carpe asiatique.

Un ministère qui s’éloigne de plus en plus de ses clientèles

Pour la FédéCP, interdire l’utilisation de poissons appâts est une action vaine qui ne fera qu’activer la désaffectation des pêcheurs sportifs québécois et des non-résidents, alors que 55 000 permis de pêche de moins ont été vendus depuis les deux dernières années. Sans compter les 22 000 pêcheurs qui ont préféré se procurer un permis de trois jours plutôt qu’un permis annuel. Une chute historique, ressentie au lendemain de l’augmentation substantielle du prix des permis en 2015 (42%).

Les pertes économiques que cette nouvelle restriction engendrera seront désastreuses pour de nombreux intervenants du secteur; les pêcheurs commerciaux de poissons appâts et les revendeurs, les non-résidents, la relève qui est présente dans les grands plans d’eau environnant la région de Montréal, etc.  Pour la Fédération, cette décision maladroite est prise alors que tout devrait être mis en œuvre afin de stimuler la relève et fidéliser les clientèles de pêcheurs sportifs.

La FédéCP vous invite à exprimer à votre député votre désaccord face à cette nouvelle réglementation injustifiée. La FédéCP a préparé à cet effet une lettre type facile à utiliser.  Rendez-vous sur notre site Internet (www.fedecp.com – section documentation/pêche) où vous n’avez qu’à la télécharger, la signer, inscrire vos coordonnées et la poster à votre député.  

Deux pétitions complémentaires sont également en cours sur le site Internet de l’Assemblée nationale, nous vous invitons à cliquer sur les liens suivants pour les signer.

Maintien de la réglementation relative à l’usage des poissons appâts pour la pêche sportive en été
https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-6567/index.html

Maintien de la réglementation en vigueur relativement à la pêche aux poissons appâts vivants
https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-6499/index.html

La Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs (www.fedecp.com) est un organisme sans but lucratif qui représente 125 000 membres. Depuis 1946, sa mission est de contribuer, dans le respect de la faune et de ses habitats, à la gestion, au développement et à la perpétuation de la chasse et de la pêche comme activités traditionnelles, patrimoniales et sportives.

 

– 30 –

Source :

Stéphanie Vadnais
Conseillère en communication
Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs
Tél. : (418) 878-8901 / 1 888 LAFAUNE
@ : stephanievadnais@fedecp.com

En lire davantage dans notre communauté PêcheQC

Marquez avec
  1. Qu,il tous se faire … moi c,est finit et j,en connais plusieurs que la peche est terminée du moins pour les permis de peche j,ai jamais vue une gangne de c….. comme sa il monte le prix des permis et nous promette mer et monde couillard on va se rappeller de toi croit moi aux prochaine election

    Répondre
  2. Utiliser le prétexte de l’arrivée de la carpe asiatique (carpe des roseaux) pour passer ce changement de loi à la va-vite laisse à désirer…

    Répondre
  3. coderre déverse plusieurs milliards de litre d’égouts directement dans le fleuve mais c’est ma chaudière de ménés vivants qui serait le problème selon le ministère? Qu’elle belle gang de cr……

    En plus d’augmenter le prix des permis, diminuer le nombre d’agents de la faune et ne faire aucun investissements dans la faune.

    Le prix d’un permis de pêche de l’état de new york coute 50$ pour un non résident. Beaucoup d’accès publics, beaucoup d’ensemencements et la pêche aux ménés vivants est autorisée…

    Je vais y concentrer mes activités de pêche et les dépenses qui viennent avec…

    Répondre
  4. je comprend pas l’Ontario est l’endroit pour la pêche , beaucoup de poissons ,les lacs sont super beau et propre et savez vous quoi vous pouvez pêcher avec des apparts vivants été et hivers. Alors Québec vous manquez le bateau , connaissez vous vraiment la pêche dans vos bureaux de fonctionnaires?

    Répondre
  5. Andre Duchesne March 1, 2017, 12:27 am

    Est-ce que je décode bien cette restriction ,elle ne s’adressera pas à la peche au lac St-Jean,où on peche seulement l’hiver avec des poissons appâts morts. si non c’en est fini de cette peche l’hiver.

    Répondre
  6. Gilles Lapointe March 1, 2017, 12:58 am

    Hey la gang de chialeux…la pêche aux appats vivants c’est FINI depuis de nombreuses années au Saguenay Lac St-Jean parce que des colons ont dompés leurs surplus de menés à la fin de leur voyage de pêche contaminant de nombreux lacs (truites mouchetées indigènes) avec ces espèces indésirables…
    Adaptez vos méthodes de pêche et arrêtez de brailler !!!

    Répondre
  7. Gilles Lapointe March 1, 2017, 1:31 am

    André Duchesne…voici le communiqué du ministère (voir la partie avec ****) :

    Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs
    Menu principal

    Accueil
    Plan du site
    Nous joindre
    Portail Québec
    Accessibilité
    English

    Menu des secteurs

    Ministère
    Forêts
    Faune
    Parcs

    Carpes asiatiques – Présence de la carpe de roseau confirmée dans le fleuve Saint-Laurent

    Québec, le 28 février 2017 – Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs confirme la présence, dans le fleuve Saint-Laurent, de la carpe de roseau, l’une des quatre espèces de carpes asiatiques.

    C’est par le biais d’analyses d’ADN environnemental que le Ministère peut désormais confirmer la présence de carpes de roseau dans le fleuve Saint-Laurent et certains de ses tributaires. L’étude a été menée conjointement avec le laboratoire de génétique du Dr Louis Bernatchez de l’Université Laval.

    Les carpes asiatiques génèrent des impacts majeurs sur les milieux qu’elles colonisent. Le Ministère est très préoccupé par leur présence dans les eaux québécoises et il continuera d’agir sur plusieurs fronts afin de limiter leur propagation, en ciblant des actions prioritaires.

    Afin d’agir sur des vecteurs de propagation de pathogènes et d’espèces aquatiques envahissantes, le Ministère entend poursuivre l’implantation de saines pratiques de nettoyage des embarcations et de gestion de l’eau des viviers. Une attention particulière sera également portée à la gestion des barrages et des passes migratoires afin de limiter la propagation de carpes asiatiques du fleuve Saint-Laurent vers les eaux intérieures.

    De plus, le Ministère annonce la mise en place de mesures limitant l’utilisation des poissons appâts au Québec. Cette décision s’appuie sur le fait que le commerce de poissons appâts et leur utilisation pour la pêche sportive sont reconnus comme des vecteurs d’introduction et de propagation de pathogènes et d’espèces aquatiques envahissantes, dont les carpes asiatiques.
    Nouvelle réglementation concernant les poissons appâts dès le 1er avril 2017

    À compter du 1er avril 2017, il sera donc interdit d’utiliser des poissons appâts vivants en période hivernale partout au Québec. Par ailleurs, afin de réduire les risques de propagation d’espèces indésirables, le Ministère rappelle que les modalités annoncées en 2012, concernant l’interdiction d’utiliser des poissons appâts morts en période estivale sera également effective tel que prévu à compter du 1er avril 2017.

    ***** Ainsi, seule l’utilisation de poissons appâts morts pour la pêche hivernale demeurera permise, ET ce, dans les zones de pêche où la pratique de cette activité était déjà autorisée. *****

    Rappelons que la pêche sportive au Québec génère 8 655 emplois et des dépenses annuelles de l’ordre de 1,06 G$. Il importe donc de prendre les mesures requises pour préserver cette activité et ses retombées socioéconomiques.

    Pour en savoir plus sur les carpes asiatiques, veuillez consulter le site web du Ministère à l’adresse suivante : http://carpesasiatiques.gouv.qc.ca.

    Répondre
  8. Sylvain Lafond March 1, 2017, 1:39 am

    Pour ma part, je pêche aux leurres ,faut juste s’adapter à de nouvelles techniques ,c’est plus valorisant de prendre du poissons aux leurres plutôt que les appâts qui font tout le travaille.

    Répondre
  9. Bonjour,
    Tout au moins pour l’hiver, que l’utilisation des ménés vivants soit maintenue dans les zones où c’était permis.
    C’est bien dommage de penser que les ménés pêchés dans la même rivière; polluent celle-ci.
    Un autre argument pourrait bien me convaincre.

    Répondre
  10. Stéphane Malo March 1, 2017, 4:08 am

    je ne dirai pas ce que je pense mais fini pour moi la pêche a cause de telle stupidités, interdir la pêche aux ménés dans le fleuve et ses affluents en pensant que ca n’apportera pu de maladies, , faut être malades a qques parts……!

    au lieu de s’occuper de régler le problème des descentes de bateaux pour les non-résidents du québec, ils aiment mieux perdre leur temps a sortir des reglements totalement stupides qui auront comme conséquences de faire disparaitre totalement la pêche sportive au québec, en interdisant l’utilisation des poissons appâts vivants en hiver ils viennent de tuer carrément la pêche sur glace.

    mon gros bateau de pêche princecraft + 60 hp + remorque et ma petite chaloupe en aluminium + 9.9 hp + remorque sont a vendre, très prochainement annoncer sur kijiji, tellement écoeuré des idioties du québec que je tire ma révérance, fini pour moi la pêche.

    me semble que régler le problème des descentes de bateaux est une chose prioritaire et pas mal plus important que d’écoeuré les pêcheurs avec les ménés et le lavage des bateaux.

    pour la carpe asiatique, le gouvernemt fait rentrer des immigrés a pleines portes, les pwoéssons suivent eux autres aussi……!

    j’ai l’impression qu’a partir de 2017, les ventes de permis de pêche du vermont et de l’état de new-york vont littéralement exploser, les p,tits québécois tannés de se faire écoeurer vont traverser la frontière.

    Répondre
    • Yves Chrétien March 1, 2017, 10:06 pm

      j’ai mon permis de l’Ontario, j’ai l’droit aux méné vivant et de ramener un gros doré de plus de 20 po. et je part en bateau de chez moi au Québec en bateau pour y aller et pour la carpe asiatique , elles se sont échapées de bassins d’élevage du coté américain, ce n’est pas un transport de ménés qui en est responsable. Les gens des ministères et biologistes du gouvernement nous bourrent de mentries et passe les lois sans se soucier des conséquences économiques pour la privince

      Répondre
      • Exactement !! mon conjoints fais parti d’un des plus grand founisseur dans la monteregie et lorsquil capture ces poissons appats il dois OBLIGATOIREMENT remettre a l’eau les especes ENVAHISSANTE !! ou es la LOGIQUE !!! yen a qui on aucune solution(MNRF) pourquoi IL BOURRE le public de MENSONGES!? SI C SI ENVAHISSANT POURQUOI VOUS NOUS DONNER PAS LE DROIT DE JETER C CAUCHAUNERIE LA DANS UNE CHAUDIERE!! HEIN C QUI LES EPAIS!? Vous allez crée une grande catastrophe !!!la y va s y avoir plein de braconier qui vont se mettre des varveau et la eu ne seront meme pas c quoi une especes envahissant et la BANG !! des lac CONTAMINER AUCUN CONTROLE SUR CA JE DIRAI QUI EST-ce qui a pas une visiere comme les chevaux dites a vos boss d’enlever cette visiere et vous aller pouvoir nous voir!!!

        Répondre
  11. maurice gravel March 2, 2017, 1:44 am

    Je trouve dommage que l on aille de l avant avec la restriction des poissons appats vivants pour la peche sur la glace

    Répondre
  12. Stéphane Malo March 3, 2017, 2:02 pm

    en ce qui concerne les lavages de bateaux actuelles, c’est une vrai farce monumentale, il n’y a aucune méthode scientifique certifié et accrédité pour en arriver au but premier de tuer les germes, bactéries, virus etc.

    partout ou il y a des postes de lavages ils utilisent une machine a pression avec seulement de l’eau, aucun savon, détergent ou produit certifié n’est utilisé pour tuer les bactéries, germes ou autres…..!, en plus, aucun contact, aucun frottage, juste un peu de pression…..!

    en bref, ils «arrosent» les bateaux et chargent le gros prix en «pensant» préserver l’environnement, les méthodes actuelles sont plus un gaspillage monumentale d’eau potable que d’autre chose que le but premier de «prévenir»……!

    que dire, il y a des endroits ou les postes de lavages sont situés en pentes et que pendant le lavage l’eau s’écoule directement dans le plan d’eau en question…..!

    en plus, sur un plan d’eau très très connu des cantons de l’est, j’ai entendu 2 histoires abracadabrantes au sujet des lavages de bateaux, une année entre autres, les pêcheurs se présentaient au poste de lavage pour faire effectuer le lavage de leur embarcation mais il faisait tellement froid que la machine a pression était gelé, donc, le préposé au lavage ne pouvait procéder au lavage en question mais faisait payer le lavage quand même et remettait le recu, le certificat de lavage aux pêcheurs et les pêcheurs pouvaient mettre leur embarcation a l’eau sans que aucun lavage pourtant «obligatoire» n’eu été effectué……!

    une autre fois, la machine a pression était défectueuse, même scénario que le précédant, le préposé faisait payer les pêcheurs et par la suite remettait le recu du certificat de lavage et les pêcheurs pouvaient mettre leurs embarcations a l’eau, de l’arnaque pure et simple……!

    si le gouvernement et les autorités concernés dans le dossier en ce qui concerne la la protection des plans d’eau étaient le moindrement «réveillés, allumés», étre le moindrement sérieux dans leurs démarches, ils devraient exiger le lavage a la vapeur (steams) pour les bateaux, embarcations etc etc

    le lavage a la vapeur tue 99.9% des germes, bactéries, virus etc etc et et requiert 300% moins d’eau pour un lavage, pour laver une voiture, avec un boyau d’arrosage ca prend en moyenne 300 litres d’eau comparé a un même lavage a la vapeur ca prend 1 litre d’eau, une machine a pression prend entre 2 et 3 gallons d’eau a la minute….., faite le calcul……!, une économie d’eau titanesque en bout de ligne et une méthode prouvée pour en arriver au but de restreindre la propagation des virus, germes etc indésirables…..!

    en ce qui concerne l’interdiction des poissons appâts pour la pêche pour lutter contre la carpe asiatique c’est complèment absurde, premièrement, ils ont juste a interdir les poissons appâts dans touts les plans d’eau et lacs du québec sauf pour le fleuve st-laurent et ses affluents, il y avait certaine zones droit au ménés et d’autre non, le problème est facile a régler , interdiction totale dans toutes les zones sauf pour le fleuve st-laurent et ses affluents.

    en interdisant l’utilisation des poissons appâts dans le st-laurent est ses influents ne changera en rien les maladies et l’évasion des carpes asiatiques, les poissons appâts utlisés pour la pêche proviennent de ces plans d’eau…..!

    quand bien même qu’il y aurait une couple de petite carpe asiatique dans la chaudière de ménés d’un pêcheur et que celui ci s’en serve comme appat, cette dernière va mourir, la majorité des pêcheurs piquent les ménés par la tête, chaque ménés carpe asiatique utilsés moureraient, chaque carpe asiatique utlisés feraient une carpe asiatique de moins et la c’est l’effet contraire qui va se produire, toutes les petites carpes asiatiques non utlisés comme poissons appats vont survivre et pondre des oeufs rendu a leur maturité

    en interdisant l’utlisitation des poissons appats dans le st-laurent et ses affluents ne changera en rien l’évasion de la carpe asiatique.

    en ce qui concerne les poissons appats, ils ont juste a rendre les amendes extrements salées genre $5000 la premiere offense si quelqu’un se fait prendre a pêcher la ou les poissons appats sont interdits ailleurs que dans le st-laurent et ses affluents

    Répondre
  13. stephane lavoie March 19, 2017, 7:37 pm

    Bonjour a tous voila enfin un très bon moyen de ralentir la carpe asiatique d’envahir nos lacs et de empercher les braconnier et oui même en 2017 sa existe encore.

    Répondre

Laissez une réponse

Votre adresse courriel ne sera pas publié.