Technique de pêche au Centerpin (CP)

Technique de pêche au Centerpin (CP)

Découvrez la pêche au Center Pin!

Avec le mois de septembre qui approche à grand pas sonne l’arrivée de l’automne….. Ahhhhh, l’automne, probablement la plus belle saison au Québec : l’été indien, les couleurs automnales extraordinaires que revêtent les feuilles d’érables et qui varient du jaune tendre au rouge vermeil. Mais, c’est aussi une saison extraordinaire pour la pêche aux salmonidés. En effet, comme la plupart des espèces dites d’eau froide, pour eux, l’automne est synonyme d’activité intense de nourriture au fur et à mesure que l’eau se refroidie. C’est instinctif, ancré dans leurs gènes. Ils préparent leur couche de graisse qui leur permettra de survivre en eau très froide et de passer la période hivernale en activité ralentie et minimale. Il ne faut pas oublier que les poissons sont des animaux à sang froid, ils ont donc une activité métabolique qui sera importante ou ralentie en fonction de la température de l’eau. Ainsi, les salmonidés, espèces d’eau froide, ont des pics d’activité lorsque la température de l’eau correspond à leur température préférentielle et ces périodes d’activité extrême se situent lors des inter-saisons (donc printemps et automne). Cela correspond également à leur période de fraye, la reproduction des poissons. Mais là, je commence vraiment à m’écarter du sujet….Quoique….

Je disais donc, avec la venue prochaine du mois de septembre, vient aussi les montaisons de saumon Chinook, Coho, truites brunes et truites arc-en-ciel de souche Steelhead dans les affluents du lac Ontario pour aller frayer (se reproduire). Lors de ces montaisons, la meilleure technique éprouvée pour capturer ces spécimens reste, jusqu’à présent, la technique de pêche au Centerpin (CP).

Je voulais donc un peu élaborer et expliquer cette fameuse technique de pêche au Centerpin (CP) qui semble prendre ses racines en Europe et plus précisément en Angleterre, il y a déjà fort longtemps. Cette technique s’est popularisée tout d’abord en Colombie Britannique et maintenant, depuis quelques décennies, également en Ontario dans les tributaires du lac Ontario.

C’est quoi le Center Pin?

Alors, me direz-vous, mais qu’est ce que c’est que ce CP ? C’est quoi cette technique ? Ça fonctionne comment ? On y arrive !!!

Grosse steelhead pêché avec la technique du centerpin

Tout d’abord, un petit résumé de la technique qui consiste simplement à présenter des appâts naturels (ou des leurres d’imitation d’appâts naturels) aux salmonidés qui remontent en rivière de la manière la plus subtile et la plus naturelle possible. Tout le monde réduit la technique à une présentation d’un appât naturel ou d’un leurre d’imitation en dérive naturelle parfaite. C’est vrai mais c’est réducteur et beaucoup plus simple à dire qu’à faire.

Premièrement, pour bien exploiter cette technique et avoir des résultats constants, je pense qu’il faut posséder ce que j’appellerais « un bon sens de l’eau ». Ce n’est pas facile à expliquer mais, en gros, c’est savoir où se tient le poisson en fonction des niveaux d’eau et bien comprendre la dynamique fluviale (courants de surface et de fond, contre-courant, tourbillon, remous, fosses et rapides, etc.). Ces connaissances, expériences et compréhensions sont essentielles à tout pêcheur de rivière. Elles lui permettront d’« analyser » et de comprendre une rivière et ses poissons simplement en associant ses observations à son savoir.

Deuxièmement, l’équipement, toujours à la fine pointe technologique, joue un grand rôle dans la réussite et la constance des résultats. Ce n’est pas pour rien qu’il existe un équipement spécifique à cette technique. Les longues cannes sont plus que recommandées car elles permettent de mieux « contrôler » ces dérives. Et les moulinets qui sont justement nommé Centerpin jouent également un rôle essentiel dans la présentation des offrandes. Les moulinets Centerpin sont des bijoux de précision et d’ajustement, usiné au millimètre prêt, et monter sur sur des roulements à bille ultra performants engendrant une friction minimale et un mouvement quasi-perpétuel du moulinet.

Centerpin

Mais revenons aux cannes, elles font entre 10 pieds et 17 pieds mais elles doivent être aussi assez molles (medium light à light) car ces poissons sont très craintifs lorsqu’ils sont en rivières. Ainsi l’utilisation d’un fil invisible dans l’eau (fluorocarbone) de diamètre fin et donc à faible résistance est nécessaire. Pour capturer des spécimens entre 10 et 25 livres, il est impératif d’utiliser du fil de 12 livres test en fluorocarbone maximum (et ce en eau peu claire, si l’eau est claire, il faut encore diminuer le diamètre du fil jusqu’à du 6 livres test, personnellement, je ne descends pas en dessous de 6 livres test). Imaginez un monstre de 15 livres qui tire sur votre ligne, si vous avez une canne rigide, c’est la casse assurée. Ainsi, les cannes molles absorbent les chocs lors des combats et permettent de combattre des spécimens de taille importante sans pour autant casser le fil de faible diamètre.

Une fois l’équipement acquis, il faut savoir le maîtriser. En effet, la longue canne est souvent encombrante et que dire du moulinet Centerpin (qui ressemble à un gros moulinet de pêche à la mouche sans cran d’arrêt) qui peut s’emballer pour un rien et provoquer de splendides emmêlements par survirage du moulinet et alors, bonjour le casse-tête pour démêler tout ça !!! Ainsi les lancers sont également à apprivoiser. Il en existe actuellement 5 types : single loop, double loop, side cast, Wallace cast et modified Wallace cast. Je ne m’attarderai pas à les décrire, ils sont très bien expliqué dans diverses vidéos disponible sur Youtube en tapant : « cast centerpin ».

Belle prise avec la technique du centerpin

En ce qui concerne le petit équipement et le montage. Là aussi, je vais vous donner les bases mais ensuite, vous pourrez l’ajuster en fonction de la taille de la rivière que vous pêcher et la profondeur que vous désirez atteindre. De base, le petit équipement comprend un fil de montage principal, une flotte (un bouchon), des pesées (plombs), un ou deux émerillons, un avançon de fil de diamètre inférieur en fluorocarbone et un hameçon de taille variable en fonction de l’appât que vous voulez utiliser.

Le montage est fort simple et consiste à lester votre ligne adéquatement pour que votre flotte soit assez sensible pour discerner les touches (attaques de poisson) mais pas trop sensible pour qu’elle ne coule pas dans les courants forts. Un point important que beaucoup de pêcheurs au Centerpin négligent et qui pourtant est essentiel à une bonne dérive, une bonne présentation dans la bonne zone, c’est l’espacement des pesées qui sera variable en fonction de vos observations de la rivière (courant rapide et zone peu profond, courant rapide et zone profonde, courant lent de surface et remous en zone profonde, etc…).

Le centerpin une technique toute désignée pour la steelhead

Bon, je pense avoir jeté les bases de la technique, il reste maintenant les appâts. Personnellement, je suis plutôt partisan des appâts naturels et des leurres imitant des appâts naturels. J’utilise donc souvent des œufs de saumons et steelhead qui sont traité pour être facilement conservables. Mais, il est possible d’utiliser des vers de terre, des teignes, des imitations d’insectes présents dans la rivière, des imitations de petits poissons, etc… À mon avis, pour les appâts et les leurres, un bon sens de l’obeservation, une bonne connaissance de la rivière que l’on pêche et une bonne dose d’imagination vous permettront de pouvoir faire des trouvailles de nouveaux appâts et leurres peu commun qui pourraient bien vous permettre de rendre jaloux les autres pêcheurs autour de vous. Alors, ne soyez pas conservateur, laissez votre imagination parler, elle vous sera très certainement bénéfique.

J’espère que l’explication succinte de cette technique vous permettra d’améliorer vos pêches. Malheureusement, on ne peut pas tout dire ou tout écrire sur cette technique. Elle est bien trop complexe. Elle implique tellement de connaissance et d’expérience qu’il est impossible de la résumer simplement, il faut la vivre et l’expérimenter. Je vous invite donc à me contacter si vous voulez apprendre cette technique et l’exploiter sur des gros spécimens de saumons et steelhead qui remontent les rivières du lac Ontario entre le mois de septembre et le mois de mai.

Lomechuse avec une gigantesque steelhead

Pour me contacter et vous renseigner :

www.lomechuse.com

https://www.facebook.com/lomechuseguidedepeche

Cellulaire : 819-209-5633

Bruno Mayot

Lomechuse guide de pêche aux salmonidés

Téléchargez nos guides et magazines Pêche QC

  1. […] à Bruno Mayot pour ses conseils de même que pour son équipement pour la pêche au centerpin qui m’a permis de capturer ma toute première Arc-en-ciel de souche […]

    Répondre

Laissez une réponse

Votre adresse courriel ne sera pas publié.